Olivier Edy, producteur bio, fait découvrir sa ferme jeudi 27

L'initiative

Une journée technique de découverte de l'agriculture biologique à destination des agriculteurs : c'est ce que propose le Groupement des agriculteurs biologiques du Morbihan, jeudi 27 mai. A cette occasion, Olivier Edy, producteur bio, ouvrira les portes de son exploitation, à Kersegalec.

Installé depuis 1998, Olivier Edy est en conversion biologique depuis le 1 er avril. « J'applique le cahier des charges mais je n'ai pas encore le logo », explique l'agriculteur, qui est aussi adjoint au maire. La démarche de conversion dure deux ans.

Olivier Edy élève 46 vaches laitières et exploite 66 hectares pour un quota de 260 000 litres. « C'est une exploitation à mon échelle, je suis le seul à y travailler ». Depuis dix ans, l'agriculteur, qui s'est aussi mis au désherbage mécanique, « prépare le terrain. Dans un premier temps, je suis passé à un système « herbe ». Le Scorff passe en bas de l'exploitation. Il y a des impératifs écologiques à respecter. Au lieu d'en faire des contraintes, j'en ai fait des atouts. Par exemple, je n'ai pas mis du maïs mais de l'herbe ».

Morbihan : objectif 10 %à l'horizon 2013

L'exploitant ne cache pas que la conjoncture économique a aussi pesé dans sa décision de passer au bio. « Je pousse dans ce sens-là. Vers une agriculture autonome, familiale et écologique. J'ai envie de montrer que l'on peut gagner sa vie en travaillant la terre et en réduisant les charges. Et la base, c'est l'herbe pâturée ».

Avec le Gab, le Syndicat de la vallée du Scorff s'associe à cette « opération découverte » du 27 mai. « On finance cette action dans le cadre du programme agriculture biologique dans la vallée, confirme Sylvain Sabatier, technicien. Cela fait douze ans que l'on travaille avec le Gab ; ça commence à porter ses fruits ».

Mais « encourager la demande est une chose (+ 10 % d'augmentation de la consommation de produits bio par an depuis 1999) ; avoir les producteurs pour y répondre en est une autre ».

« Le Gab étudie toutes les pistes pour promouvoir la conversion vers le mode de production biologique et atteindre l'objectif de 10 % des surfaces en bio à l'horizon 2013, indique Christophe Lefèvre, du Gab. Il y a 70 producteurs de lait bio dans le département. L'an passé, plus de vingt éleveurs se sont engagés en conversion. Cette année, les chiffres vont exploser ».

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×